30 commentaires sur “Constat d’échec

  1. On a en vu disparaître des Blogs , au fil des ans , pour raisons diverses … et pis LHDDT évaporé d’ un coup … plus rien . La Mouette fait le bilan .. elle va réduire la voilure .. ça se comprend , tenir un blog c’ est pas rien .. au bout d’ un moment on se demande à couac ça sert ? Même si tu ralentis aussi , reste quand même avec nous . Mars c’ est pas si loin (le mois pas la planète) faudrait que j’ imprime tes meilleurs textes (mais y’en a -t-il des mauvais?) c’ est plein de trouvailles langagières pas possibles , ça fuse , ça tape dur et juste là où il faut , un régal qui nous aide aussi nouzôtres lecteurs à nous sentir moins seuls sur la nef des fous .. t’ as fait du boulot et t’ en fais encore et puis qui sait ? si de tout cela ne germera pas quelque chose de bon ? de bien ? va savoir ? même si l’ heure n’ est pas à l’ optimisme .. on va pas tomber dans la sinistrose , ça  »’leur »’ ferait trop plaisir à tous ces enculés (!!!) Tiens bon vieux camarade , chapeau pour tes trouvailles , ta persévérance . Tout ce que tu as écrit devrait être regroupé en un seul livre .. tiens un peu comme les écrits de FatherMcKenzie , ça resterait une référence .. On se quitte pas 😉 et pis merde quoi , t’ as pas l’ âge de passer l’ arme à gauche !!! cré nom de nom !! 😀

    • T’es bien sympa, vieux gars ! Je sais pas si je reprendrai, mais je sais que j’aurai un regret (pas énorme, pas vital, bien sûr), c’est de pas vous avoir rencontrés, LHDDT et toi. Vous êtes quand même des gus comme pas souvent !
      Et pour ce qui est de l’arme (que je n’ai hélas pas) à gauche, mon pov papa est mouru pratiquement sans crier gare, à 51 ans. Ca fait près de 30 ans que je me vis un peu comme en sursis ! Statistiquement, en tout cas, c’est évident que mes chances de tenir encore une trentaine d’années sont de plus en plus faibles. On fera avec ! Tiens bon toi aussi !

  2. « Mais non, mais non, t’es pas tout seul, Jef… ». Et puis « crier gare » par les temps qui courent….
    Je vous souhaite de vieillir encore longtemps et j’attendrai donc mars avec impatience.
    Un grain de sable c’est tout petit mais ça fait chier plein de gens , et de mécanismes.
    Bonne année à vous tous.

    • Pierre est revenu ! Vous faites partie de ceux dont je regrettais la disparition. Vous êtes donc toujours là, et c’est tant mieux. Et ce n’est peut-être qu’un au-revoir, va savoir. Merci de votre passage.

  3. Cher Pak, cher vieux frère, on est tous dans la même galère, âge et société dégénérée.
    La plupart des gens que je connais n’en peuvent plus, ne comprennent pas les choix qui sont faits.
    Tout est bidouillé, truqué…
    Tiens bon, nous t’en supplions.
    J’espère ne pas avoir contribué à te démoraliser.
    Cela m’a un peu été reproché par mes commentateurs, et je trouve qu’ils ont raison.
    La pêche, bordel !
    Tiens bon, vieux camarade !
    Et bisous.

    • Merci Carine. Je sais bien qu’on n’est pas vraiment tout seul, mais moi je suis arrivé au bout. Plus de carburant. Plus d’envie. Plus de ressort. L’énorme fatigue face à un monde totalement fou et pourri-gangrené dans l’âme et dans l viande. Faut que je respire un grand coup sans culpabiliser parce que je laisse passer des trucs.
      Mais bon, c’est un peu ce que tu fais actuellement, avec des mois qui durent des trimestres… 😀
      Bon courage pour continuer. Et si je récupère, on reprendra la marche plus ou moins en parallèle !

  4. Le silence n’est pas toujours d’or, il est parfois bon de se faire entendre pour la foi du tôlier et son moral, c’est bien normal.

    Alors, j’y vais de mes petites touches avec mon unique doigt qui tapote sur le clavier, même si ce que je dis ne vaut pas grand chose, déjà s’il maintient votre moral Pakounta, c’est déjà beaucoup et c’est très bien. Merci à tous ceux d’ailleurs et donc à vous Cher Pakounta, qui ont assez d’ardeur et de courage pour entamer ce travail remarquable qu’est un blog. Je n’en serais pas capable pour ma part.

    Il faut durer, persévérer, y croire toujours malgré toutes les tempêtes et les coups de ressac du moral, blafard et lourd, au plus fort de la crise, qui ne manquent pas de se manifester et risquent toujours de nous submerger.

    Mais derrière la maladie de cette société, tout en-dessous, il y a la bonne santé, la vie, et c’est à elle qu’il faut penser et lui préparer la place.

    Le blog est comme un apéritif, il prépare, il ouvre l’appétit à autre chose que la mort qui nous est servie sous tous les frontons. Il crée par anticipation un espace qui lui fait de la place comme une respiration, un bol d’air qui n’est pas vicié, en montrant tous les immondices qui l’empêchent d’être vue, sentie, touchée, respirée comme elle devrait l’être notre vie humaine. Tout doucement, tout discrètement, le blog oeuvre à sa tâche ingrate, et c’est la répétition infime et oblique des petites choses quotidiennes, qui creuse son sillon et ouvre sa possible résurrection .

    L’eau n’est rien et pourtant elle vient à bout de la pierre la plus dure à force de tomber toujours au même endroit. Ce sont des hommes d’humilité dont ce monde en crise a furieusement besoin. L’humilité de continuer à témoigner, de ne pas se laisser aller alors que tout nous y invite. Grand merci à vous Pakounta, j’essaierai de venir plus souvent, parce qu’il est vrai qu’il est bon d’avoir des retours , histoire de se sentir moins seuls. Nous ne sommes pas seuls, il y a tout un monde qui grouille sous cette terre empuantie. Faisons de cette infection putride le terreau d’un monde sensible et humain, car si l’on veut se libérer des ténèbres, il nous faut travailler avec la lumière.

    Merci à vous.

    Catherine

    • Merci Catherine. Comme je vous l’ai dit une fois, je ne comprends pas bien ce que vous dites, il y a quelque chose du prêche dans vos écrits, et je n’arrive pas à y entrer. Mais je comprends quand même que vous trouvez utile la tenue d’un blog et que vous me souhaitez bon courage. Et c’est ça l’important : votre intention. Merci donc de ces sentiments positifs et chaleureux.

      • Ouais, je crois que vous avez raison Pakounta dans cette histoire de prêche, je vais faire attention et je vais enlever les mots superflus qui alourdissent :). L’essentiel a été perçu et c’est tant mieux 🙂 🙂 🙂 .

  5. Au mois de Mars Pak,suis pas capable de faire des phrases magnifiques comme Cath mais le coeur y est.Merci pour ces moments passés ensemble.

  6. Le constat d’échec est le même pour tous, même ces blogs qui font des milliards de vues chaque seconde (sic !) : la France est cuite, à l’agonie. J’ai eu plusieurs blogs (au moins cinq ou six depuis 2009), sur différentes plateformes (2 sur Overblog, 2 sur Blogspot et 2 sur canalblog – si mes souvenirs sont bons ! ). Il y a quelques mois, j’ai supprimé le dernier, l’actuel. J’ai regretté quasiment immédiatement. J’ai donc contacté Canalblog pour le récupérer. Ai-je bien fait ou est-ce juste reculer pour mieux sauter ? Tout comme toi, Pakounta, je n’ai jamais retrouvé les audiences du début (le premier poison quotidien cumulait quasiment deux millions de vues en un peu plus d’une année seulement – un article sur la puce RFID avait fait un énorme buzz à l’époque). En même temps, ce n’est certainement pas le nombre de vues qui fait la qualité d’un blog, heureusement.

    Pourquoi ne pas continuer tranquillement, un billet de temps en temps, quand l’envie te prend ? En plus, le mois de mars est le mois de mon anniversaire. Tu parles d’un cadeau !

    En espérant que tu changes d’avis, si, si, ma pof Lucette et moi te disons : à bientôt pour un nouveau billet de ton humeur.

    Salutations Pakounta !

    • Salut Poison, merci pour tout. Et un grand bravo rétrospectif pour ton audience passée ! Le bref billet quand ça me prend, je le ferai peut-être : par exemple, hier, je suis tombé sur une pub meetic absolument vomitive, une petite blonde avec un nègue parfaitement simiesque, c’est dégueulasse ! Mais pour l’essentiel c’est pas ça que je voulais faire. Je me donne le temps, je suis dépassé.

      • Mais si justement Pakounta, faut partir des détails comme ceux que vous citez( la pub meetic par exemple), parce qu’alors ça parle à tout le monde . On part du basique PLANCHER DES VACHES que tout le monde connaît. j’attends ce billet avec impatience quand ce sera juste et si c’est juste pour vous bien sûr. Je crois beaucoup à la vertu du détail et aussi du très très concret, pour ferrer, c’est bien ça à mon sens, ferrer, ça qu’il faut à mon sens ,ferrer pour emmener plus loin ensuite! Foi d’animal…la prêcheuse est ferreuse ou ferigineuse… c’est là son moindre défaut! :):) 🙂 bon dimanche Pakounta, en attendant!!!!!!!!!!!!!!!!!

      • On part du détail, du concret, et j’en suis bien convaincu, vous n’imaginez pas ce que je mijote. Mais faut trouver les mots à mettre autour, et c’est ça qui prend du temps. Je ne veux pas faire un genre de revue de presse, musée des horreurs ou autres. Je veux faire mon truc. Comme je l’ai fait par moments. Mais ça bouffe temps et énergie. M’expliquez pas ce que je dois faire. Surtout pas !
        Pour la pub meetic, démocratie participative a déjà réagi, ici : https://democratieparticipative.me/les-nouvelles-pubs-meetic-passent-en-mode-full-extermination-des-blancs/ (en principe, leur nouveau suffixe .me n’est pas encore bloqué par la gestapolice djouze)

      • Le petit truc qui va donner naissance à un billet, c’est l’humeur dans lequel peut nous mettre cette pub Meetic, par exemple. Utiliser des mots pour décrire les maux de notre société à l’agonie, c’est le but même d’un petit, moyen ou plus conséquent billet. Meetic, ou coca (pas mal non plus dans le genre), voici donc une bonne idée de billet – à venir. Et hop, c’est parti !

  7. Pak, les mots sont simples et faciles à trouver !
    Trois :
    Pays de merde.
    « Oligarchie de merde », si tu préfères. Ca fait toujours trois mots.
    J’assume ma grossièreté.

  8. Je n’ai pas mieux réussi que vous. Je continue toutefois à prêcher dans le désert mais il est vrai que cela devient de plus en plus difficile, l’envie m’échappe peu à peu. Je vous comprends donc fort bien et, même si je regrette votre décision, elle vous appartient et personne n’a le droit d’y interférer (oulah, je me demande si c’est bien correct, ça)…
    En espérant tout de même que vous changiez d’avis…
    Amitiés.

    • Vous avez le don pour expliquer en riant des trucs pénibles, avec cette force de vous appuyer sur une petite foule que vous avez inventée et qui tient assemblée chez Thérèse. Continuez à écouter et transcrire Trentasseur (c’est tellement bien trouvé, ce Jean là) ou Hulley, c’est une petite lumière hebdomadaire qui nous aide à ne pas nous égarer. Amitiés.

    • Ce papier bien intéressant est repris en bonne partie par le dernier billet, très illustré, que goon squad consacre aujourd’hui au hoax du siècle, mille fois démantelé mais toujours à 6 millions et au four à gaz. Il y a quelques jours, dans une émission consacrée au zoo de Doué la fontaine qui fait d’énormes travaux pour mieux présenter ses bestiaux, on montrait comment on opérait pour débarrasser un grand enclos (pour oiseaux, je crois) des millions de blattes qui le parasitent. On pulvérise, avec masque et combinaison, du gaz partout, dans tous les recoins. Et cet enclos, qui est partiellement à l’air libre, on attend DEUX JOURS pour y retourner et ramasser les dizaines de kilos de blattes. Moins fort qu’à Oswiecim où des surhommes sans masques venaient ramasser les non-survivants à mains nues au bout de 10 minutes, dans des vapeurs de poison mortel. Y’a des bouquins, là-dessus. Et de paisibles retraités qui ont fait ça pendant des années. Trop forts !

  9. Les blogs intéressants disparaissent, leurs lecteurs aussi. Il faut quand même que les derniers vieux cons s’accrochent et qu’ils poussent un dernier coup de gueule avant leur dernier soupir.
    J’ai eu plaisir à vous lire. J’espère que vous reviendrez bien vite.

  10. 2012 pour vous rendre compte de la merdouille ambiante, sans vouloir vous offenser, vous z’êtes pas un rapide Pakounta!

    Alors soyez indulgent avec toute la cohorte qui subit l’aveuglement construit par la manipulation mentale de nos sociétés malades de la peste.

    Ce qui serait intéressant c’est de savoir COMMENT vous êtes sorti de la nasse et avez mis vos yeux en face des trous!

    En tout cas, moi, ça m’intéresse fichtrement.

    Ce message est en même temps un essai, j’ai envoyé un commentaire pour le nouvel article de votre blog, mais niet, il n’apparaît pas. Bizarre, Equa me dit que ça arrive parfois!

    • Catherine, deux choses.
      D’abord, en rétablissant votre commentaire à mon dernier article (où vous parliez de beauté) j’ai fait une fausse manoeuvre et je l’ai perdu définitivement. Mais je l’avais lu. Et je le comprends pas.
      Et deuxième chose, vous comprenez pas. Excusez-moi, mais comme je vous l’avais déjà dit chez Carine, je vois des mots mais vous ne dites rien. Ou des trucs étranges. Comment pouvez-vous me demander d’être indulgent avec les mal-comprenants ? Je passe mon temps à ça. Lisez, au moins une fois, mon premier article (« on nous a enculés grave », 23 décembre 2011). Et d’autres.
      Et où avez-vous vu que j’ai attendu 2012 pour voir « la merdouille ambiante » ??? Ca fait près de 50 ans que je vois le monde s’effondrer. Que je le dis autour de moi et qu’on me dit « tu exagères ». Non. Ce que j’ai attendu 2012 pour voir, c’est l’influence énorme, presque exclusive, de la djouzitude. Je les savais chiants, omniprésents, excessifs. Je savais pas qu’ils tenaient le monde entre leurs mains et qu’ils le dirigeaient vers l’abîme, avec une haine et un orgueil qui dépassent l’entendement.
      Vous le saviez, vous ? Vous le dites ? Vous cherchez à en persuader les gens autour de vous ?
      Arrêtez, je vous en prie. C’est sympa de vouloir (?) me soutenir le moral en venant commenter, mais en fait vous ne dites rien et ça me force à vous répondre…
      Laissez-moi, je n’ai pas besoin qu’on me dise ce que je dois et peux faire. Je sais. Et je ne veux pas que ce blog devienne le vôtre, un peu comme vous avez tendance à occuper l’espace chez Carine.
      Ne m’en veuillez pas.
      Et j’ai dit quelque part dans le blog, je sais plus où, comment j’ai ouvert les yeux sur la djouzerie, c’était à partir d’une longue vidéo dont je ne retrouve plus le titre et qui démontrait la cancérisation de l’Occident par la djouzerie communiste et l’école de Francfort.
      Allez en paix. C’est MON blog. Et je resterai seul comme un idiot, je m’en fous. Je veux qu’on me parle, pas qu’on me dise des mots, quand je passe mon temps à essayer d’expliquer et faire prendre conscience. En quelque sorte, avant de me répondre ou de m’interroger, faut me lire.

  11. « …la cancérisation de l’Occident par la djouzerie… » C’est tout à fait cela, Pakounta. Et ils tentent de le généraliser au monde entier. Par le vol, le mensonge, les guerres qu’ils fomentent. Avec en prime le sexe, le sexe, le sexe.
    Pas mal de jeunes trentenaires ne s’en aperçoivent pas, parce qu’ils sont occupés, pour les uns, entre leur travail et l’éducation des enfants (c’est du boulot d’élever des enfants et de leur transmettre nos valeurs morales !) et pour les autres, par tout ce qui est pognon, sexe (encore), plaisirs en tous genres.
    En ce qui concerne les premiers, je pense qu’ils se réveilleront lorsque leur progéniture ne sera plus à charge, comme ce fut un peu mon cas.
    Concernant les seconds… Là du coup, je crois que c’est perdu d’avance. Ils continueront leur vie comme ce vieux Weinstein au tribunal avec son déambulateur (paraît-il)… Que dire de ces pauvres loques qui exhibent leur sexe devant des enfants horrifiés !!!

    Comme vous le dites, nous sommes mortels, et la camarde viendra à nous avant peu. C’est cela, la vie ! Nous devons l’accepter même si ce n’est pas vraiment facile. Les civilisations qui nous ont précédé se sont effondrées. La notre fera peut-être tout pareil. Sans doute, même. Et ce n’est pas une consolation, loin de là. Mais la djouzerie finira probablement de la même façon. Nous ne serons pas là pour le voir.
    Enfin, c’est un espoir que je caresse, car franchement ça me fait me crisper de partout lorsque je pense à ces ordures.

    Allez ! Voilà que je fais encore un livre, juste pour dire la même chose ou presque que vous.
    Si le coeur vous en dit, continuez à nous faire un papier de temps à autre. Car même si nous ne sommes pas nombreux à vous commenter, au vu de la population nationale, ceux qui viennent ici – dont moi – aiment vous lire, et vous nous manqueriez. Continuez à semer vos petites graines qui, si elles ne lèvent pas toutes, germent probablement dans la tête de certains et aideront des gens à ouvrir les yeux.
    Et puis, tout comme Nouratin, vous me manquerez si vous n’écrivez plus.
    Plein de bises sur vos deux joues.

  12. Mise à jour :

    Des centaines de juifs américains ont commencé à toucher jusqu’à 400,000 dollars par tête du contribuable français pour avoir survécu aux trains génocidaires de la SNCF…

    ils savent mener à bien leurs bonnes affaires ! 😉 😀

    • Oui, j’avais lu ça ! C’est inimaginable. On va traire bientôt les salauds qui ont fabriqué l’acier des rails, aussi. Et extrait le charbon des locos. Et c’est pas de bol, la SNCF datait tout juste de janvier 38… Sans cette nationalisation, les djouzes auraient dû aller récupérer du pognon chez les firmes privées qui possédaient les lignes, wagons et autres. Sans doute avec beaucoup de financiers djouzes… Vraiment, on n’a pas de bol, on a dû payer pour nationaliser, et ensuite on paye (80 ans plus tard) pour les voyages vers le travail…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s