18 commentaires sur “L’invasion nègre par voie vaginale à nos frais

    • J’aime beaucoup la chanson, je vois pas le début de l’ébauche d’un commencement de rapport avec ce que je raconte, avec notre situation…
      Merci pour la chanson, c’est mieux que le rap. Mais si vous aviez une intention cachée, faut dire !

  1. Pakounta, pas d’intention cachée dans ce lien : ce que vous avez décrit me faisait penser à la chanson en question : des enfants naissent, n’ont pas ce qu’il leur faut (amour, valeurs morales comme la responsabilité, etc.) de la part de leurs parents, afin qu’ils conduisent leur vie d’adultes d’une façon respectueuse ou tout du moins consciencieuse, et finissent par voler ou agresser les autres, pour finir en prison ou même morts, pour certains… Et c’est un infini recommencement, car quelque part, il y a d’autres enfants qui naissent et reproduisent ces mêmes choses, pour les mêmes raisons.
    Cette notion de « ghetto » dans la chanson, je la vois dans notre société comme toutes ces différences entre des peuplades diverses, qui ne parviennent pas (ou ne peuvent pas, intellectuellement peut-être) à s’intégrer dans des pays où les lois et les coutumes ne sont pas les mêmes des pays dont ils sont issus.

    Je ne sais pas si je me fais bien comprendre. Je ne parviens pas à m’expliquer d’une autre façon.

    Je vous avouerais en toute franchise, que je n’apprécie pas vraiment le vocabulaire que vous employez parfois, pour parler de ces gens si différents de nous. Disons que mon langage n’est pas le même que le votre, même si je suis tout à fait d’accord avec le fond du problème : chacun chez soi avec les valeurs que nous partageons. Nous n’avons pas à prendre en charge des gens qui ne se prennent pas en charge eux-mêmes. Ils sont malgré tout des êtres humains.

    Je pourrais résumer le fond de ma pensée par le merveilleux poème de Rudyard Kipling « If » (https://legissa.ovh/tu-seras-un-homme-mon-fils.html) qui malheureusement n’est pas le leitmotiv de ces populations exogènes qui envahissent notre pays.

    Le « vivre ensemble » n’est pas possible.
    Bisou.

    • Eh bin si, elba, y’avait du non-dit, beaucoup. Votre idée, c’était d’exprimer que ces nègres (vous ne dites pas comme ça) sont isolés et malheureux dans un ghetto. D’une certaine façon, c’est vrai : ils ne peuvent (pas les capacités, rejet mental par les Blancs, à juste raison) ni ne veulent s’intégrer. ALors ils reconstituent ici le niveau de civilisation auquel leur cerveau de primitifs est parvenu : la lutte tribale. Ils ne peuvent, biologiquement, pas aller au-delà, tous les exemples en grandeur réelle le démontrent (Haïti, Zimbabwé, Rwanda, Mozambique, Angola, Cameroun, la liste est interminable).
      Alors, ils sont malheureux, sans doute, mais bien contents de faire ce qu’ils savent faire au lieu de cathédrales, d’avions ou de littérature. Ils ne vivent que parce que nous les entretenons, la plupart de ceux qui ont un métier sont « éducateurs », avec pour public d’autres nègres. C’est un circuit fermé, sous perfusion de pognon blanc.
      Alors, vous le dites, le « vivre ensemble » n’est pas possible. Solution : remigration volontaire (ne se produira pas), remigration forcée (ne se produira pas avec les marionnettes qui nous gouvernent), ou guerre de destruction mutuelle (ça approche).
      Et vous dites « ce sont malgré tout des êtres humains ». Peut-être. Je ne crois pas. Ils sont d’une autre espèce, probablement plus proches en capacités de Homo erectus, il y a 500 000 ans. Ce sont des hominoïdes, ils savent parler et mettre des chaussures. Mais il n’y a aucune raison de les sauver davantage que les orang-outans. Je sais, vous trouverez que j’exagère.
      Ce qui sera exagéré, c’est le cannibalisme qui vient. J’espère que vous ne verrez pas. Moi non plus. Mais nos enfants ?
      Il n’y a de salut pour la race blanche que dans l’expulsion totale, intégrale, manu militari, de tous les beiges, noirs et musulmans.

  2. PS – Je viens de me relire… Lorsque je dis « ou ne peuvent pas, intellectuellement, peut-être » j’oublie une chose importante : « ne VEULENT pas ».

  3. «  »Il n’y a de salut pour la race blanche que dans l’expulsion totale, intégrale, manu militari, de tous les beiges, noirs et musulmans. » »

    J’adhère totalement au projet. Ils n’ont pas les moyens de vivre comme notre civilisation.

    Un pays c’est d’abord une race et ensuite une culture. La nôtre est blanche et chrétienne. Je le dis, le répète et l’écris sans jamais m’en lasser. La conscience du racialisme nous sauvera.

    • Je suis plus pessimiste que vous. La conscience du racialisme nous sauvera, peut-être, à condition d’agir très vite. Leur nombre, leur masse, nous écrasera. De toute manière, il faut se préparer aux « fleuves de sang » prédits par Enoch Powell à une date où tout restait possible. Les immondes traîtres aux commandes partout en Europe ont conduit notre monde au bord de l’extinction. Il n’y aura jamais assez de corde pour pendre les vivants ni de pisse pour arroser les tombes des crevés. Je ne sais pas combien des nôtres survivront, mais c’est mal barré.

      • d’un autre côté quelle alternative ? Qui voudrait aujourd’hui que notre civilisation de menteurs de voleurs et de sodomites soit sauvée à part eux-mêmes ? Seul un grand massacre permettra de rebâtir quelque chose de neuf et espérons le de sain.

  4. Je plains sincèrement le chauffeur du bus… Et je suis heureuse de vivre en campagne de la « France profonde ».
    Merci, Liz.

    • Hélas, (((on))) va vous en envoyer par paquets de 30, vous verrez… Ils ont décidé d’éradiquer les Blancs et on enverra donc la diversité partout, partout, partout, sans échappatoire pour les Blancs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s