85 commentaires sur “On nous prend vraiment pour des cons

  1. Ils ont vraiment raison de compter sur la bêtise de certains….comme moi par exemple.
    Je n’ai pas encore appris à me méfier des infos qui traitent de sujets peu « sensibles » à mes yeux, et du coup je gobe tout ce qu’on me donne à gober.
    Merci pour vos explications Pakounta.

    ps: mais pourquoi font-ils ça ?

    • Ne vous inquiétez pas, ça viendra. Ca m’a pris très longtemps, par petits bouts jusqu’à ce que le mélange prenne et forme une mayonnaise cohérente…
      Vous êtes encore très jeune (même grand-mère).A votre âge, je m’étais seulement rendu compte que Mitterrand était dangereux et que Le Pen me paraissait avoir l’esprit clair. L’immigration me paraissait haïssable, mais je n’avais pas vu qu’elle était systématiquement organisée, voulue,favorisée (et masquée) J’ignorais tout, absolument tout de l’économie. J’étais convaincu (pas encore en deux mots) qu’un trompettiste noir et cycliste dans une vie ultérieure avait marché sur la Lune.
      C’est long de prendre conscience parce que c’est vraiment très très bien organisé, avec l’énorme puissance des médias, tous menteurs, lâches, pourris, absolument tous.
      D’où la nécessité, quand on commence à comprendre, un peu avant la mort, de tenter d’esspliquer aux autres, qui n’ont plus le temps d’attendre.
      Vous y faites merveille.

    • Quant à savoir pourquoi « ils » font ça, je le résume à la fin de mon papier. Ce sont des psychopathes, fous de pouvoir, prêts à tout, absolument tout (détruire le WT, par exemple) pour imposer leurs vues, leurs projets. Obanana est sans doute l’homme « politique » le plus dangereux depuis 200 ans…
      Quant à Mars, c’est à la fois la quête de crédits par la Nasa, faut des « résultats », et aussi quelque part la volonté de détourner l’attention des gens. On leur fait croire qu’un « exil » sera possible pour l’humanité, on les fait rêver, on les hypnotise. Ce sont d’effroyables conneries. Mars ne sera jamais habitable, personne n’y ira jamais (plusieurs mois enfermés à 3, 4, 5 ou 6 dans une capsule de quelques m3, aucune certitude de pouvoir revenir, AUCUNE possibilité, jamais, de faire partir là-bas (par -80°) plus d’une dizaine de malades mentaux. Resterait à faire partir 8 milliards d’humains. Après Mars, il n’y a RIEN, que des planètes gazeuses, un froid de -200°, l’azote est liquide, et après ce sont des milliers de siècles pour atteindre la première étoile.
      On n’a plus de « panem », Mars est un élément des « circences ». Ca va péter, et ça sera horrible. On détruit la terre et on nous envoie de fausses photos de Mars. Ordures !

    • @ dxdiag2
      Une mission « Mars » à 1000 milliards de Dollars c’est pas mal comme mobile non ?

      Je ne reviendrai pas sur « on a marché sur la lune » car personne n’a jamais franchi les ceintures de Van Allen les scientifiques de la Nasa ont avoué publiquement que cela restait l’obstacle majeur à la conquête de l’espace.
      (par ricochet sans l’avouer cela prouve que Apollo était une escroquerie internationale à la sauce 911)

      Plus basiquement :
      1- Emporter un rover lunaire pour un premier alunissage c’était déjà fort.

      2- Retransmettre dès 68 en direct de la lune à travers les ceintures radioactives de Van Allen sans aucun parasite et sans aucune interruption de transmission c’est fort là où encore en 2015 les transmissions en direct souffrent encore d’incidents sur terre.

      4- Un vaisseau Apollo qui protégé de feuilles d’aluminium qui résistent à des radiations 300 fois supérieures à celles enregistrées à 10 mètres du réacteur de Fukushima là c’est fort.

      5- Des combinaisons spatiales protégées par 10 feuilles d’aluminium qui résistent aux radiations sur la lune là aussi c’est fort. (pas même un maux de tête chez les astronautes)

      Dans ces conditions on se demande pourquoi les USA n’ont pas prêté leurs combinaisons magiques pour dépolluer Tchernobyl et Fukushima n’est-ce pas…

      En 2015 n’iporte quelle personne conaissant les niveaux de radiation tant dans les ceintures de Van Allen que sur la lune en déduit que la misson Apollo est une des plus grandes escoqueries du XX éme siècle à un prix fou, ce avec la complicité active de TOUS les gouvernements et médias du monde (quasiment)
      Tellement vrai que la Nasa déclare publiquement avoir perdu des milliers de pièce d’archive de la mission ha ha ha

  2. Marx, Voltaire, Rousseau et Freud ont gagné et pourquoi ? Parce qu’ils séduisaient, parce qu’ils proposaient des choses séduisantes. Les boxeurs le savent : il faut séduire. Les droitards l’ont oublié : ils perdent depuis des décennies.
    Le socialisme ? C’est séduisant.
    McDonalds ? Séduisant.
    La démocratie ? Séduisant.
    Etc., etc.

  3. « Quant à Mars, c’est à la fois la quête de crédits par la Nasa, faut des « résultats », et aussi quelque part la volonté de détourner l’attention des gens. On leur fait croire qu’un « exil » sera possible pour l’humanité, on les fait rêver, on les hypnotise… »

    Tiens, il y a un projet « Mars One » qui propose d’envoyer des gens sur Mars (en « one way ticket »). A eux de se démerder sur place. On sonde l’espace et les planètes du système solaire ?

    • Vous faites bien de le rappeler. C’est justement quand j’ai entendu parler de ce projet d’aller simple, pour lequel les volontaires sont nombreux, que j’ai eu un regain d’exaspération à l’égard du « rêve » d’avenir spatial pour l’humanité. La photo liée par OT chez Dixie a été le déclencheur.
      L’humanité est sur Terre, et elle y restera, pour toujours. Jusqu’à extinction. Proche ? On en prend le chemin, en tout cas…

  4. A propos des « voyages sur la lune » de la NASA , ils eurent lieu au moment même de la guerre du Vietnam et servirent à détourner l’attention du public américain et international sur les réalités de celle-ci, d’ailleurs ils cessèrent dés le cessez-le feu.
    Si les astronautes américains auraient traversé la ceinture de Van Halen ( champ magnétique qui protège la terre des rayonnements solaires) située à 700 ou 800 kilomètres d’altitude, ils auraient été mortellement irradiés et pour y échapper, les fusées Apollo auraient du être recouvertes d’une couche de plomb de 2 mètres! d’épaisseur, ce qui les auraient rendues trop lourdes pour échapper à l’attraction terrestre.

    Quand aux 17000 photos « faites » par les astronautes? Aucunes ne photographient le ciel noir et étoilé de la lune car la position des étoiles dans le ciel permet de déterminer la position du photographe à quelques kilomètres près.

    Alors pourquoi ont-ils fait cela? et bien l’escroquerie à 40 milliards de dollars ( 130 milliards actuels) des expéditions lunaires à été une remarquable avancé dans les techniques psychologiques du viol mental des foules et a permis à l’état profond américain de renforcer son pouvoir sur la population.

    Les seuls qui avaient à l’époque les moyens scientifiques et techniques de dénoncer la supercherie, les Soviétiques, se sont tus, car eux aussi la pratiquait sur leur population ( voir le cas de Youri Gagarine qui serait revenu en parachute de son premier voyage en orbite autour de la terre et qui est mort quelque temps plus tard lors d’un essai en vol malencontreusement percuté par un autre avion militaire )

  5. Il faut en sortir … Oui.

    Apartheid et Bantoustans ou équivalents pour commencer. D’ailleurs çà se fait déjà un peu « naturellement ».

  6. Je crois que vous vous fourvoyez. Qu’est-ce qui vous dit que ce ne sont pas des particules de poussière qui donnent cette teinte rougeâtre au ciel de Mars? (C’est à dire la même teinte que le sol, mais en dilué.) Selon wikipédia, la gravité martienne est de 0,37g. Autrement dit, la gravité sur Mars est 2,7 fois inférieure à celle de la Terre. De plus, la composition de cette planète est très différente de celle de la Terre: on y cherche à tout prix des traces d’eau, elle est donc infiniment plus sèche que la Terre. Sans atmosphère, elle se prend les rayons solaires de plein fouet pour carboniser la surface. Cela implique un grand nombre de micro-poussières, très volatiles, qu’une faible gravité peine à maintenir au sol et que les vents qui sévissent à la surface maintiennent en hauteur.

    Le complot de la guerre des étoiles c’était pendant la guerre froide avec les missions Apollo. Le but était de faire croire à l’URSS que les Ricains arrivaient à aller sur la Lune pour stresser la politique, et mettre à genoux l’économie soviétique ruinée par la recherche sur-subventionnée. Et ça a marché. Les missions actuelles et les dernières missions Appollo sont cependant, elles, bien réelles.

  7. C’est sympa à vous de venir commenter mes élucubrations. Mais je suis pas convaincu. Vous me parlez du soleil qui tape direct pour « carboniser » la surface… mais à ce que je crois avoir compris la température du sol ne dépasse jamais une trentaine de degrés, se situant le plus souvent autour de -50°. Il faudrait de la roche bien fragile pour se carboniser à ces températures. Je n’y crois pas vraiment.
    Je sais néanmoins qu’il y a des tempêtes de poussière, forcément très fines vu l’incroyable légèreté de l’atmosphère (0,7% de la pression atmosphérique terrestre) : même si ça souffle « vite », ça ne souffle pas « dense » et ça limite beaucoup l’énergie permettant de mobiliser les poussières. Ce qui me frappe, c’est qu’en l’absence de telles tempêtes, le ciel devrait être noir. Aucune photo ne montre ce cas.
    Je reste convaincu que c’est truqué. Mon explication (qui, vous l’avez vu, n’est pas de moi…) n’est peut-être pas la bonne. Elle a le mérite d’une certaine cohérence. J’attends les photos de « Curiosity » couvert de fine poussière, vu qu’il a toujours photographié par temps de tempête.
    Encore merci : j’aime bien discuter, quand on m’oppose des arguments cohérents, comme vous l’avez fait.

    • Quand je parle du sol « carbonisé » de Mars, je fais plutôt référence à la capacité qu’ont les UV de découper la matière (liaisons moléculaires, épiderme de madame Michu, etc.). En gros, je me disais que la faible densité atmosphérique de Mars était en partie responsable de la vulnérabilité de son sol aux rayonnements solaires (avec le champ électromagnétique de la planète). Rayonnement solaire qui assèche la surface, empêche les agglomérations moléculaires et donc favorise la formation de micro-poussières hautement volatiles. Ces micro-poussières restent dans l’atmosphère martienne bien après que les tempêtes aient fait rage: il faut qu’elles redescendent ensuite, et là le moindre vent ascendant est un obstacle.
      Personnellement, j’ai déjà pris l’avion pour traverser l’océan Atlantique et ça va faire près d’un siècle que n’importe quel citoyen lambda peut faire ça. Donc qu’une agence subventionnée en milliers de milliards de dollars envoie un jouet téléguidé sur la planète voisine, je dois avouer que cela ne m’étonne pas du tout.
      Curiosity est constamment couvert de poussière, mais il dispose d’un système pour nettoyer ses instruments. D’ailleurs c’est à cause d’un tel dépôt de poussière que l’engin précédent s’était trouvé immobilisé, la lumière ne pouvant plus accéder aux cellules photovoltaïques de ses panneaux.

  8. Cher Pakounta,
    Vous savez de nos brèves discussions chez Dixie que je suis d’accord qu’on nous prend pour des cons, mais que j’ai une autre explication.
    Tout simplement, la NASA a jugé qu’on avait fait suffisamment de progrès en images de synthèse pour aller sur Mars.
    Filmer un désert terrestre est tros dangereux avec le risque d’un simple insecte, d’une vipère des sables, d’un avion au loin sans parler des bouteilles de Coca-Cola qui traînent dans les endroits les plus improbables.
    Il y a un tel enfumage sur le sujet qu’on ne peut même pas savoir avec certitude si on a de bonnes photos de la surface martienne.
    On peut communiquer avec une sonde sur Mars, puisque Mars est visible au téléscope, mais à combien de bit/seconde, c’est la vraie question.
    Sur le site du Jet Propulsion Lab on trouve des chiffres en dizaines de Kbit/sec ce que j’ai du mal à croire.
    En plus avec un retard de transmission de 10′, il n’est pas facile de faire de la commande à distance.

    Bref, analyser la couleur supposée du ciel n’apporte rien au débat, et cerise sur le gâteau, je crois que vos explications sont partiellement fausses.
    Seuls les gaz « à effet de serre » comme le gaz carbonique ou la vapeur d’eau absorbent une partie de la lumière et la renvoie sous forme d’infrarouge.
    La majorité des gaz comme l’azote sur terre ne font que dévier la lumière, et la couleur bleue vient de ce que le bleu est plus dévié que le rouge.
    On dit que le ciel est bleu, parce qu’on ne regarde pas dans la direction du soleil, mais au soleil couchant (ou levant) on peut regarder directement dans sa direction, et on voit alors un ciel…rouge.

    • Merci de ces précisions. J’avoue que je ne savais pas bien si l’azote réfléchit ou dévie majoritairement le bleu… Mais bon, y’a une histoire d’azote, et de grandes quantités d’azote, pour que la couleur apparaisse. Il n’y a pratiquement pas de molécules gazeuses autour de Mars et c’est pour ça que – déviation ou réflexion – on ne peut pas avoir de couleur visible, ni face au soleil, ni dos au soleil. Sauf poussières, comme on me le disait hier, mais alors pourquoi les clichés sont-ils parfaitement nets, sans le moindre « voile » de poussières balayées par le vent ?
      C’est la principale raison de mon doute (en dehors du fait que la Nasa ment beaucoup) et j’ai trouvé l’explication par la température de couleur assez sympa.
      Quant au ciel rouge autour du soleil couchant ou levant, c’est dû au fait (à ce que j’ai compris) que l’épaisseur d’atmosphère traversée par le rayonnement est beaucoup plus grande que pendant le jour et que le bleu est davantage absorbé : il reste les rouges orangés jaunes (et le rayon vert ?)… Ici, c’est une histoire d’absorption et non plus de déviation, il me semble.

      • Pour le soleil couchant, la grande épaisseur traversée permet de regarder le soleil en face, mais c’est toujours le même phénomène de déviation qui est à l’oeuvre.
        Mais cela n’a à mon avis pas de réelle importance puisqu’on nous montre des images de synthèse. De toute manière il va être également très difficile de parler de ces sujets pusique l’emfumage habituel va les obscurcir.
        Pour faire un parallèle, vous trouvez des articles « sérieux » qui vous expliquent qu’il est normal que le réacteur du LEM n’ait pas creusé de cratère sur la Lune, mais qu’il en aurait creusé un sur terre. Il y a le même genre de controverses pour la couleur des gaz du moteur du LEM…on n’en sort pas.

  9. N’étant pas un expert ès sciences de l’atmosphère, il m’est difficile d’avoir un avis définitif sur la question des photos dites de Mars, en tout cas d’un point de vue purement scientifique. De votre intéressant article, je retiens surtout l’aspect « manipulation des masses », sujet autrement plus crucial, vous en conviendrez. En effet, ce qui me frappe depuis quelque temps, et je suis suffisamment vieux pour m’en rendre compte, c’est la propension des médias – notamment de certains magazines supposément sérieux – à reprendre et à diffuser certaines informations racoleuses, superficielles, caractérisées par un fond libidineux destiné à titiller les plus bas instincts de chacun. Cette histoire de bite martienne n’en constitue qu’un exemple parmi bien d’autres. Voilà le type de sujet que seuls des journaux comme « Infos du Monde » auraient osé traiter il y a une vingtaine d’années. Tout cela, qu’il s’agisse du chibre martien ou de la frange d’Obama, contribue à distraire les masses et à détourner leur attention des véritables problèmes…

    • « je retiens surtout l’aspect “manipulation des masses »
      C’était bien l’objectif. On nous raconte n’importe quoi pour nous empêcher de regarder la réalité et d’en tirer les nécessaires conclusions. C’est d’ailleurs sur cet aspect que je concluais… parce que moi non plus je ne suis pas spécialiste de l’atmosphère de Mars (la seule chose que je sache, c’est que l’humanité n’ira pas là-bas, que la moindre expédition se chiffrera en milliards de dollars – s’ils existent encore – et que tout ça est donc à peu près sans intérêt sauf pour des spécialistes).

    • Comment ?

      La frange d’Obama serait également un « fake » ???

      Le monde s’écroule autour de moi…

  10. La couleur bleue du ciel terrestre est due à ce qu’on appelle la diffusion de Rayleigh, c’est l’atmosphère elle même qui rayonne dans le bleu par réaction a l’exposition au rayonnement solaire. L’air en lui même est parfaitement transparent, je le répète l’air n’est pas bleu, même à haute dose.

    La couleur rayonnée dépend bien entendu du rayonnement incident et de la nature du gaz exposé.

    Partant de là il se pourrait très bien que la nature particulière de l’atmosphère martienne entraine une diffusion dans les tons rouges-oranges.

    • c’est l’atmosphère elle même qui rayonne dans le bleu.
      Non, l’atmosphère rayonne (donc dévie) plus dans le bleu que dans le rouge.

      • Vous confondez dispersion et diffusion, ce n’est pas le même phénomène.

        Le soir le ciel prend des teintes rougeâtres par réfraction/dispersion mais pendant la journée le soleil et presque vertical et il n’y a quasi aucune dispersion.

        Sans diffusion de Rayleigh en gros l’atmosphère serait blanche, pas bleue.

        Je le répète c’est l’air qui rayonne du bleu. Le bleu que l’on voit n’est PAS dû à la réfraction dans l’air. Ce n’est pas de la lumière solaire déviée si vous voulez.

        La diffusion de Rayleigh c’est la gaz qui capte le rayonnement et en fonction de sa nature le réémet sous une autre forme, ce n’est pas de la réfraction.

      • Je veux bien, je vérifierai. Mais vous ne répondez pas à la question essentielle, et je l’ai déjà dit : la densité de l’atmosphère martienne est beaucoup trop faible, il y a beaucoup trop peu de molécules frappées par le rayonnement solaire pour que l’on puisse percevoir la moindre couleur (lumière), que cette lumière soit produite par réfraction, diffusion, émission, pulsation ou téléthon. La rareté de l’atmosphère fait qu’on voit le ciel noir.

      • Je cite Wikipédé:
        La diffusion Rayleigh est un mode de diffusion des ondes, par exemple électromagnétiques ou sonores, dont la longueur d’onde est beaucoup plus grande que la taille des particules diffusantes. On parle de diffusion élastique, car cela se fait sans variation d’énergie, autrement dit l’onde conserve la même longueur d’onde.
        CONSERVE LA MÊME LONGUEUR D’ONDE.
        Alors arrêtez de dire « c’est l’air qui rayonne du bleu ».

      • J’étais également en train de regarder. Et ça n’a effectivement rien à voir avec l’émission de lumière par un atome « excité », où l’onde qui frappe fait sauter un niveau d’énergie à un électron, le retour à l’état stable s’accompagnant d’émission d’une onde (éventuellement lumineuse). Ici, il n’y a pas excitation des atomes, c’est juste de la « diffusion élastique ».

      • Jazzman,

        Essayons de ne pas envenimer la discussion mais vous ne comprenez visiblement pas ce dont on parle.

        Pour rester sur wikipédia je vous suggère de lire simplement la suite de l’article. Vous ne m’avez cité que les deux première phrase. Si on lit la suite il est dit notamment :
        « Le dipôle électrostatique ainsi créé rayonne, c’est ce rayonnement induit qui constitue la diffusion Rayleigh. »

        Ce dipôle c’est grosso-modo la molécule excitée. C’est elle qui rayonne, par réaction au rayonnement incident, dans le cas présent le rayonnement solaire. C’est donc bien le gaz en lui même qui rayonne par réaction à l’excitation du rayonnement solaire.

        D’ailleurs dan le même article il y a une belle image dont la légende est :
        « Diffusion Rayleigh : l’atome, excité par l’onde électromagnétique, réémet une onde »

        L’onde est réémise par l’atome, ou la molécule, donc le gaz excité rayonne.

        Si vous allez à l’article « couleur du ciel » de wikipédia il y a une belle formule qui vous donne le rayonnement diffus de Rayleigh. Dessous il y a cette explication :

        « La dépendance de l’intensité diffusée en puissance 4 de l’inverse de la longueur d’onde permet d’expliquer simplement la couleur du ciel. Les longueurs d’onde faibles du spectre visible (le bleu) sont plus diffusées que les fortes (le rouge), et dans une configuration de jour où le soleil est environ à son zénith, l’ensemble de l’atmosphère diffuse la couleur bleue plus fortement que le rouge, qui nous arrive donc plus facilement indirectement. Par contre, le soir ou le matin, la lumière nous arrivant du soleil est plus directe. Ainsi, l’effet inverse se produit : la forte couche d’atmosphère traversée diffuse fortement le bleu, qui est donc absent du spectre solaire qui arrive à nos yeux lorsque l’on regarde l’horizon (d’où la couleur rouge orange). »

        Je constate d’ailleurs que même la couleur rouge le soir n’est pas dûe à un effet de réfraction comme je le disais ci dessus.

        Pakounta,

        « Je veux bien, je vérifierai. »

        Je répondais en fait à Jazzman.

         » la densité de l’atmosphère martienne est beaucoup trop faible, il y a beaucoup trop peu de molécules frappées par le rayonnement solaire pour que l’on puisse percevoir la moindre couleur (lumière) »

        Ce n’est qu’une hypothèse. Pour trancher et apporter une réponse définitive il faudrait chiffrer tout cela.

      • Jean-Pierre,
        C’est vous qui ne comprenez pas de quoi on parle.
        Vous avez arrêté votre citation avant la phrase:
        « Ce modèle physique est cohérent avec le principe de Huygens-Fresnel dans le cas de la propagation dans un milieu matériel : les atomes réémettent réellement les ondes qu’ils reçoivent. »
        Autrement dit, un dipôle électrostatique n’a pas de fréquence propre.
        Et si on suit le lien on lit:
        « Le principe de Huygens-Fresnel est un principe utilisé en optique : il permet entre autres de calculer l’intensité dans les phénomènes de diffraction et d’interférence. »
        Le modèle de Huygens permet d’expliquer la réfraction par un corps transparent.

        Donc la Diffusion de Rayleigh et la réfraction sont un même phénomène, une fois dans un milieu gazeux, l’autre fois dans un milieu matériel (solide ou liquide).
        Pour parler de ce phénomène sans préciser le milieu, j’ai employé le terme général « déviation » dans mes interventions précédentes.

      • Puisque Jean-Pierre ne répond pas, je vais finir d’enfoncer le clou.
        Si dans ses deux derniers commentaires on remplace « diffusion de Rayleigh » par « déviation » on obtient ce que j’avais dit dès le début. Merci du voyage.

    • Je ne crois pas du tout : l’atmosphère martienne contient surtout du CO2, qui n’a pas de propriété colorique particulière (sauf infrarouge). Et l’essentiel de ce que je dis, et que j’illustre par la photo de Baumgartner à 39000 mètres d’altitude, c’est que lorsqu’il n’y a pas assez de molécules, il n’y a pas de réflexion-déviation-émission-whatever appréciable et le ciel apparaît noir.
      Par ailleurs, j’ai une autre raison de douter fortement de la présence de Curiosity sur Mars. En effet, question : comment fait-on pour faire atterrir en douceur cette masse, arrivant à une vitesse de 11 km/s ? La densité de l’atmosphère martienne est tellement faible qu’on voit mal comment y déployer avec une quelconque utilité le « parachute » qu’on nous a présenté… On peut sûrement parvenir à freiner jusqu’à 8, 6, 4 (?) km/s. Ca n’empêche en rien l’écrasement. Il faut donc un moteur et une manoeuvre du type de celle qui nous a été « racontée » pour la Lune. Mais il faut télécommander. Et toute commande prend une dizaine de minutes pour arriver.
      Il n’y a pas de Curiosity sur Mars. Qu’on ait mis en orbite des satellites autour, pas de problème majeur. On a donc pu prendre des photos. Mais on n’a pas les moyens de faire « amarssir » (atterrir sur Mars). On nous roule dans la farine (ou dans la poussière martienne).

      • s’il y a des rétrofusées, un simple altimètre ou mieux, une sonde altimétrique déclenchera les rétrofusées bien plus surement qu’une commande envoyée depuis la Terre.

      • Je veux bien, mais comment mesure-t-on l’altitude quand on arrive à une vitesse de plus de 10 km/s ? Quelle technique pour l’altimétrie ? Les mesures par la pression atmosphérique sont impossibles avec un quelconque degré de précision dans une atmosphère aussi ténue (aussi dense au sol que celle de la Terre à 35 km d’altitude). D’ailleurs, quelle est l’épaisseur (forcément très faible) de l’atmosphère martienne ?
        Plus on me parle de cette « exploration », moins j’y croi(v)e.

  11. Tout cela n’est pas simple à analyser car évidemment on s’arrange pour qu’on s’intéresse à ce qui n’est pas l’essentiel. On a fait des progrès en électronique/informatique ces 40 dernières années. Ce qu’on a prétendu faire pour l’alunissage en 1969, on était techniquement incapable de le faire. Aujourd’hui on pourrait le faire car justement ce genre de chose n’exige plus une télécommande directe grâce au progrès des capteurs et des ordinateurs.
    Par contre, il y a peut-être bien des choses qu’on est encore incapable de faire et qu’on n’en parle pas. Par exemple, on ne dit jamais que pour envoyer une simple sonde s’écraser sur la Lune, on a dû faire plusieurs essais, simplement parce qu’on a « raté » la Lune et que la fusée a continué tout droit. Est-ce que la problème a été résolu pour une destination comme Mars, on n’en sait rien.
    Et je continue à dire que le problème, c’est une communication bi-directionnelle à mieux que quelques bit/seconde.

  12. Il semblerait que le mot « merci » isolé déclenche une réaction épidermique cher WordPress, La même mésaventure m’est arrivée chez La Mouette.

    • C’est pas Pakounta qui va risque l’aventure de mettre un merci chez la Mouette !
      Ni un quelconque autre mot d’ailleurs, parce qu’il n’a aucune raison de me remercier.

  13. L’agence spatiale américaine vient de mettre en ligne des images de l’explosion d’une météorite de 40 kg sur la surface lunaire. Il s’agit de la plus puissante déflagration jamais enregistrée depuis que la Nasa observe ce genre de phénomène. C’est-à-dire en plus de huit ans et en plus de 300 explosions enregistrées.
    Même pas mal. Et pourtant se tirer une balle de 40 kg dans le pied ça fait des dégâts, de quoi oublier les milliers de micro-météorites qui n’ont jamais atteint un des gignols en pyjama blanc qui faisaient des excursions en jeep pour repérer un bon coin à champignons…

  14. C’est en effet scandaleux. mais il y a pire. On nous fait croire (à l’aide de photos truquées de la NASA aux mains des sionistes islamo-gauchistes) que la lune existe, alors que tout le monde peut constater que ce n’est pas vrai.

    Et on enseigne aux élèves la théorie socialiste de la rotation et de la rotondité de la terre (deux mots en ro- qui sont le signe de la Bête), alors que l’on devrait s’en tenir aux Saintes Ecritures qui disent qu’elle est plate et au centre du monde, comme on le savait bien avant l’arrivé du stalino-islamiste Galilée.

    Cherchez sur internet les preuves de cette conspiration.

    • Accentuer les traits au maximum pour ridiculiser les intervenants voilà un signe des .: ou d’un de leurs idiots utiles : surtout ne jamais se poser de question ! dormez braves gens on pense pour vous et n’oubliez pas de payer .

      Ce que j’ai dit plus haut sur les photos bizarres des expéditions lunaires est avéré et la réponse de la NASA est pour le moins surprenante, comme si de telles photos avaient pu être mélangées !

      Et la crédibilité des sélénautes est pour le moins douteuse quant on voit que l’un d’eux affirme que les extraterrestres sont parmi nous. (pourquoi pas la main de ma sœur dans le culotte d’un zouave tant qu’on y est ?)
      http://www.mystere-tv.com/la-vie-extra-terrestre-existent-selon-dr-edgar-mitchell-v468.html

  15. « (deux mots en ro- qui sont le signe de la Bête) »

    ro…ro…
    Non, décidément, je ne vois pas de quoi y cause le monsieur.

  16. Une telle polémique ne doit pas sacrifier la rigueur à l’analyse. Pour traiter de science, il faut être précis. Toutefois, précision « rime » avec vulgarisation ; autrement dit, on peut rester assez précis tout en étant plutôt général.

    Voici une piste de réponse(s) sur ce site… http://serge.bertorello.free.fr/optique/cieldemars/cieldemars.html

    A défaut d’être con, je préfère être prudent. Hé oui ! Prudence est mère de sûreté. Non ?…

    • J’ai regardé votre lien… Rayleigh, Mie, corrections de dominante, toussa… C’est à la limite de ce que je peux comprendre. Mais je maintiens que ça ne répond pas à la question. Pour que tous ces phénomènes de « diffusion », quel que soit le nom qu’on leur donne, se produisent, il faut des molécules. Suffisamment. Et justement, à la surface de Mars, il y en a comme à 35 000 mètres d’altitude sur Terre. C’est à dire pas assez. Le ciel ne peut être que NOIR, qu’on soit face au soleil ou qu’on l’ait dans le dos. Comme le montre la photo de Baumgartner.
      Mais bon, pourquoi pas discuter ?

  17. Oui, on peut en discuter.

    Je me suis intéressé à ce que vous m’avez dit : « il faut des molécules ».
    Vous sous-entendez (enfin, c’est ce que j’ai compris) que la diffusion d’un rayonnement est fonction du nombre de molécules dans un volume donné. Vérifions.

    1. Qu’est-ce que le phénomène de diffusion ?
    Un rayonnement électromagnétique (de la lumière) excite les atomes des molécules rencontrées. Cette excitation entraîne un nouveau rayonnement induit (je me répète^^). La « seule » variable qui nous intéresse ici est la longueur d’onde (ou la fréquence, cela revient au même, elles sont inversement proportionnelles). En optique, il existe une relation toute simple liant la longueur d’onde avec une autre variable… l’indice de réfraction (d’un matériau, d’un fluide ; un gaz en étant un), c’est celle-ci :

    indice de réfraction = célérité de la lumière / vitesse de phase de l’onde

    La vitesse de phase, qu’est-ce que c’est ? C’est la vitesse avec laquelle la phase de l’onde se propage dans le milieu considéré. Cette vitesse est « uniquement » fonction de la pulsation (synonyme de fréquence) de l’onde ; donc de sa longueur d’onde (je mets les guillemets car elle est aussi fonction du vecteur d’onde de l’onde considérée, ie de sa direction de propagation… ce n’est pas important en ce qui nous concerne).

    Autrement dit, l’indice de réfraction ne varie, la vitesse de la lumière étant constante dans tous les milieux, qu’en fonction de la longueur d’onde.

    2. Qu’est-ce que le nombre de molécules dans un volume donné ?
    C’est tout simplement le nombre d’Avogadro qui définit le nombre d’entités élémentaires présentes dans une mole. Ah oui, mais c’est quoi une mole ? Une mole, sans explication subsidiaire, c’est une quantité de matière. La quantité de matière est liée à la masse.

    3. Or, la seule relation entre l’indice de réfraction et [le nombre de molécules dans un volume donné] ie le nombre d’Avogadro (ou la masse) c’est l’équation de Lorentz et Lorenz, connue aussi sous le nom de « formule de Clausius-Mossoti ».

    Il y a donc une relation entre la diffusion d’un rayonnement et le nombre de molécules dans un volume donné. STOP ! Cette équation de Lorentz-Lorenz n’est valable que pour les cristaux. Ma précédente déduction ne reste alors valable que pour les cristaux.

    Conclusion :
    il peut y avoir 100, 100 000 ou 1 milliard de molécules, la diffusion, quelle que soit le nom qu’on lui donne, va toujours se produire. Seule l’intensité de l’onde électromagnétique induite va varier. Autrement dit, l’argument « il n’y a pas assez de molécules sur Mars », de prime abord fort logique, est erroné… jusqu’à preuve du contraire.

    J’ai essayé d’être à la fois clair et précis, néanmoins, si vous ne comprenez pas, les pages wikipedia se rapportant au vocabulaire utilisé ici sont plutôt accessibles et, quoi qu’on puisse dire de Wikipedia, celles-ci sont très bien référencées (en bas de page).

    On peut toujours discuter.

    Bonne soirée. 🙂

    • Le sujet est beaucoup trop éloigné de mes préoccupations et, ce qui n’est pas négligeable, de mon pourtant vaste champ de compétence, pour que je m’y attarde davantage.
      Mais je note que vous dites « la diffusion … va toujours se produire… seule l’intensité de l’onde induite va varier » (tout cela quel que soit le nombre de molécules).
      Bien sûr. Mais comme vous le dites, l’intensité varie. Et elle est d’autant plus faible qu’il y a moins de molécules. Je ne sais pas (et à ce stade je m’en fous) quelle est la relation, proportionnelle ou pas. Ce que je sais, et que l’expérience prouve, et la photo de Baumgartner le montre, c’est qu’avec la « densité » moléculaire gazeuse de l’atmosphère martienne, similaire à celle de l’atmosphère terrestre à 35 km d’altitude, « l’intensité de l’onde induite » est pratiquement nulle et on ne perçoit pas de lumière. Le ciel terrestre à 35 km d’altitude est noir.
      Le ciel de Mars doit être noir.
      Et j’arrêterai là, je pense à autre chose. Notamment ma mort et celle de mon pays. Laquelle surviendra la première ? Toutes les deux sont bien engagées…

  18. Le lien que Caltech a lui-même donné (bertorello) explique dès le début pourquoi il faut beaucoup de molécules pour avoir diffusion, la taille d’une molécule étant trop petite par rapport à la longueur d’onde. En plus le message de Caltech tient plus du gloubi-boulga que de la science, le passage sur le nombre d’Avogadro est franchement comique.

    Pakounta, accrochez-vous à la rampe, nom de Zeus !

  19. « et sa pression est de 0,7% de celle sur Terre » et si cela n’était pas le cas… quand on ment, on ment sur tout, tout le temps, même quand on croit dire la vérité.
    Le cratère de Halle, évidence de civilisation :
    http://www.histoireebook.com/index.php?post/Le-cratere-de-Halle-evidence-de-civilisation

    Richard C. Hoagland :
    http://www.the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=1796
    Vidéos (anglais) :
    http://www.the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=270

    • La pression découle de la gravité de la planète, donc plus ou moins de sa taille, on ne peut pas en dire plus sans savoir de quoi elle est faite, jusqu’au centre.

  20. Ok mais alors pourquoi dès le départ n’ont-ils pas truqué les photos avec un ciel noir ?

    • Notamment parce que c’était difficile de faire, là encore, le coup des étoiles invisibles, comme sur l’escroquerie Apollo. Les moyens photographiques ont énormément progressé depuis la fin des années 60, et leur mensonge vaguement plausible à l’époque ne pourrait pas tenir aujourd’hui. Il aurait été absolument impossible de reconstituer sur les images les aspects du ciel tel qu’il aurait dû apparaître. Il y a des gens qui décortiquent, et leur truc n’aurait pas tenu. Pas plus, d’ailleurs, que les montagnes identiques à des distances différentes et sur des missions différentes, dans la BD Apollo…
      Et puis, en plus, le ciel orange c’est sympa, exotique, toussa… Et s’il y a bien une certitude, c’est que personne n’ira jamais vérifier !

    • on semble être tout à fait dans de la cadre de l’observation faite lors d’un premier coms, sur les difficultés de tourner dans un désert terrestre.

    • Et puis, miraculeusement, le beignet a justement une composition différente des roches environnantes… A mon avis, c’est un chewing gum négligemment jeté par l’un des gardes chargés de bloquer l’accès au périmètre photographié par le « robot ».
      Et quelqu’un peut-il me dire comment s’explique sur Mars (quel processus d’érosion, remaniement, toussa… ?) ce sol en pavés plats avec petits graviers dans les interstices ? Et où se trouve la poussière fine qui est censée recouvrir le sol et qui se soulève en tempêtes au moindre souffle de vent ?
      Ah la la ! On nous en cache, des choses passionnantes !

    • Ah ben vous ! Je vais pô au ciné, j’y vais pu, en fait, et je n’avais même pas entendu parler de ce film, qui existe (je viens de vérifier)… Mais j’irai pô le voir (un oeil, peut-être, s’il passe à la télé…). Mais merci à vous de tenter de me tenir au courant de la vraie actualité scientifique… Et bon courage avec vos sayanim (je savais depuis 2-3 mois, vous me rattrapez, et utilement en plus puisque vous faites profiter les autres ! Cébien, comme dirait Plouc ém…)

  21. Pakounta…….Tu es intélligible et intélligent mais je ne supporte pas ton racisme exacerbé. Par ailleurs (à propos des images de curiosity) , ils peuvent très bien être en mode « fausses couleurs » pour « le fun ». Bien meilleur que ta manipulation pathétique (émétique) dans laquelle le pixel est maître, avec ton manque de connaissance en lissage. Je suis d’accord avec le fait qu’on est trop nombreux sur terre mais, arrête de penser que les gens dont l’anabolisme conduit à produire un peu plus de mélanine que toi soit le véritable problème. Tu parle de race quand tu ne mesures rien. LOL!!! si, un jour tu as besoin d’une greffe d’organe (ce que je ne souhaite pas), tu pourrais te rendre compte que le donneur le plus compatible (ie. Complexe majeur d’histocompatibilité) puisse être l’une de ces personnes (voir même un chinois). Les races sont dans ta tête, pas dans la réalité. LOL!!! Et oui, c’est bien le diazote qui fait que le ciel est bleu par échapement d’énergie électromagnétique (à une longueur d’onde correspondante a du bleu) après quelques transitions électroniques (quand les électrons sont éxcité et veulent se refroidir pour plus de stabilité ……ça dépote LOL).

    • Désolé, mais ça ne vaut pas une réponse. La race qui n’existe pas, alors que c’est le fait majeur qui structure l’humanité, c’est tellement con que ça donne une idée de l’infini. Et si mon racisme vous paraît exacerbé (il n’est que naturel et parfaitement sain), attendez-vous à des surprises désagréables quand les neg se seront répandus partout en nombre suffisant : pour eux, vous n’êtes qu’une merde blanche, et ils n’hésitent pas à tuer.

      • Même si je ne suis pas d’accord avec toi sur certains points, hors sujet avec ce que tu énonces, je dois dire que tes arguments tiennent largement la route [même si je ne suis que docteur en sciences (biologie humaine)] . Personne n’a jamais foutu un putain de pied sur la lune ! Pour la dernière phrase de ta réponse qui n’en était pas une, non plus…. Souviens toi de l’esclavagisme ou du klux klux clan avant d’affirmer qu’ils sont ceux qui n’hésitent pas à tuer. Regarde le fond du trou de balle de certain « blanc » avant de dénigrer. Nous ne sommes en aucun point supérieur à eux. Le jour où tu l’accepteras sera un grand jour. Tu fais honte à ta propre intélligence sans qu’il soit possible de comprendre pourquoi… Enfin…juste pour dire que je suis d’accord avec toi à propos des exploits d’amstrong et consorts. La NASA est la plus grande institution faisant rêver les gens avec des mensonges tellement gros que ça passe une lettre à la poste. Continue donc d’éclairer les « sans savoir » mais fais un travail sur toi même en ce qui concerne ton racisme chronique. C’est une maladie soignable.

      • Ce qui est une maladie soignable, c’est de refuser de voir. Par conformisme, par lâcheté, par bêtise, par peur d’être exclu de la chaleur du grand accord universel. C’est accepter de voir disparaitre sa race, son pays, et y prêter la main, pour ne pas risquer d’être traité de raciste. C’est la lâcheté ultime, et un crime contre l’avenir des enfants blancs, voués à l’extermination ou au mélange marron.
        Renseignez-vous, lisez les auteurs non bâillonnés, comme Rushton ou Lynn. C’est un long travail, que j’ai fait, de devenir racialiste (les races existent et elles sont différentes) voire raciste (les races sont de valeur inégale). Faites-en autant, ou vous mourrez idiot, même docteur en biologie humaine…
        Et arrêtez de me tutoyer. A 10 ans, mes profs me vouvoyaient. On ne se connaît pas, on n’est pas du même âge, le tutoiement est une familiarité qui ne se justifie en rien.

      • lol,de pire en pire, en terme de biologie vous (puisque je n’ai plus le droit de vous tutoyer « ho dieu supême) êtes complement ignorant. LOL, et n’oubli jamais que ton ancêtre commun avec le reste de l’humanité était africain…… Vous devriez apprendre ce qu’est une SNP avant de l’ouvrir……BIG BANG LOL

      • Commentaire débile de petit prétentieux fixé sur ses connaissances livresques pas intégrées dans les boyaux de sa tête. C’était votre avant-dernier commentaire, j’ai pas le temps de répondre aux jeunes cons qui récitent leur doxa. Et qui croi(v)ent en imposer avec le SNP (c’est pas UNE SNP, jeune imbécile, c’est UN SNP, UN polymoprphisme génétique). Un docteur en BH doit connaître un peu d’anglais : lisez donc « Erectus walks amongst us » (tapez ça dans gougueule, ça vous y donnera accès direct), ça vous apprendra des trucs, vous en avez besoin.

  22. Enfin…j’ai souscris à ce site parceque j’aime bien tes analyses (après quelques vérifications ils semblent que tu pourrais être dans le vrai).

    • Pas clair. Dans le vrai sur quoi ? Sur les races ? Bien sûr, que je suis dans le vrai. Par exemple, statistiquement (je parle à un docteur en BH), les neg sont des imbéciles, la moitié d’entre eux ont un QI inférieur à 70, deux écarts types derrière les Blancs, et parmi eux les QI supérieurs à 100 sont aussi peu fréquents (2%) que les QI supérieurs à 130 parmi les Blancs : c’est bien trop bas pour créer et même pour maintenir une civilisation, et les exemples abondent, de Haiti au Zimbabwé, en passant par l’effondrement violent en cours de l’Afrique du sud et par la sauvagerie brute du Congo… Si les Blancs ne prennent pas conscience de leur spécificité et de leur supériorité, s’ils n’exigent pas le départ de tous les allogènes marrons et beiges, la civilisation (qui est blanche) est perdue.

  23. Comment vous sauvez ? (puisque vous y tenez, quand pour moi le vouvoiement, si cher à nos rois consanguins, était d’une stupidité sans nom). Peu importe la rage que vous pouvez éveiller en moi, vous devriez apprendre plus à propos de la génétique avant de la ramener. LOL, pathétique…

    • Tout est déficient chez vous, et en particulier l’orthographe : « comment vous sauvez » est inadmissible de la part d’un docteur en biologie. Calmez votre rage, j’en sais beaucoup plus en génétique que vous ne pouvez l’imaginer, le cul devant votre paillaisse. Avant de faire le malin, mesurez votre immense ignorance. Et ne venez plus commenter ici, vous êtes indésirable pour bêtise et présomption. Allez en paix, apprenez la modestie, et continuez à trahir votre race, un jour peut-être vous comprendrez à quel point vous avez été bête et roulé dans la farine.

  24. La couleur de l’atmosphère (ou de n’importe quel fluide d’ailleurs) dépend de sa pression ET de l’épaisseur !
    Donc, si on est en altitude et qu’on regarde vers le haut, c’est noir, si on regarde vers le bas ou horizontalement (donc grosse épaisseur d’atmosphère) c’est bleu…
    Et c’est exactement ce qu’on voit sur la photo de Baumgartner

    C’est exactement la même chose qui se passe sur mars :
    Si on regarde horizontalement (genre le rover qui filme devant lui), malgré le peu de pression, la grande épaisseur fait qu’on voit quand même la couleur du ciel…

    Donc ces réflexions sont aussi idiotes que de dire que la mer ne peut pas être bleu vu que l’eau est transparente…

    • Vous n’avez rien compris PNJ. La différence d’épaisseur, donc d’atténuation, fait qu’on ne regarde pas au même endroit.
      Lors d’un coucher de soleil, vous regardez le soleil, et donc vous le voyez rouge.
      A midi vous regardez à côté du soleil, et vous voyez le ciel bleu.

      Au sujet de Mars, et de la « conquête spatiale » en général j’ai eu un échange amusant avec un troll juif :
      http://hoplite.hautetfort.com/archive/2016/04/20/mdr.html

      Evidemment, il faut regarder au moins le début de la vidéo que j’y cite.
      On comprend entre autres que les contribuables américains payent au moins une fois par année un vol spatial vers l’ISS pour ravitailler / relever ses occupants, alors que ce n’est qu’un déchet orbital vide depuis au moins 10 ans…

    • Dites-donc, aimable abruti, ici on ne traite pas le patron d’idiot. Surtout quand on a la culture d’un concombre et la réflexion d’un éclat de verre dépoli. Vous savez peut-être des trucs, mais vous savez pas les mettre ensemble, vous comprenez pas.
      D’abord, les liquides sont incompressibles, ce qui signifie que l’augmentation de pression n’entraîne qu’une variation de volume infinitésimale. Les molécules ne se tassent pas, et par conséquent la couleur des liquides a peu de chances de dépendre de la pression (comme c’est le cas de « tout fluide d’ailleurs »)… Sous 1000 atmosphères, à 10 000 mètres de fond, l’eau est incolore, comme à la surface.
      Bon. Reste l’épaisseur. Mais si vous observez bien (ouvrez les neuilles, vous verrez, on apprend des trucs), la photo au fish-eye de Baumgartner à 35 000 mètres de haut, vous vous apercevrez qu’il est photographié de profil, en position debout, vertical par rapport au sol. Le regard traverse donc l’atmosphère de haute altitude parallèlement au sol, dans sa plus grande épaisseur, je sais pas combien de dizaines ou centaines de km. Et, curieusement, le ciel est noir.
      Alors, sur Mars, ils seraient obligés de photographier à l’horizontale pour avoir un ciel de couleur? Orange, en plus ? Et alors, s’ils lèvent les yeux, là ousque c’est pas épais, le ciel est noir ? Y’a donc un joli dégradé de l’orange à l’horizon jusqu’au noir au zénith ?
      Et ces connards de la Nasa ne montrent pas ça, extraordinaire spectacle ? Vous savez pourquoi ? Passque s’ils montrent le ciel noir, on doit voir les étoiles. Et de Mars, les constellations sont identiques à celles vues de la Terre. Et ils veulent pas qu’on puisse reconnaître quoi que ce soive, bien sûr. Ils sont peinards en plein jour sur leur île Devon au Canada, et ils s’amusent. Les centaines de milliards serviront à autre chose, peut-être à massacrer les populations quand l’effondrement et le chaos seront venus.
      Y’a pas de Curiosity sur Mars, et personne n’ira jamais là-bas. C’est un rêve vendu pour faire tenir tranquilles les mal comprenants.
      Achetez-vous un cerveau.
      PS : et j’ai vu (avec tristesse…) que le patron du site fier-panda par lequel vous êtes arrivé ici me classe parmi les adeptes de la Terre plate. Quel méprise, alors que je ne me fie qu’à la science dure et que je regrette encore aujourd’hui les avanies infligées à un génie comme Galilée par les épais abrutis de l’Eglise toute puissante de l’époque. La Terre est ronde, et je l’ai été. Allez en paix et ne revenez plus.

      • Premièrement, j’ai dit que ces réflexions étaient idiotes, je ne me suis pas permis de vous insulter (contrairement à vous, merci bien)
        Ensuite, fluide s’entend aussi bien pour les liquides que pour les gaz, et on parle bien ici de gaz (atmosphère) dont la couleur dépend de la pression ET de l’épaisseur

        Quand au sujet principal : la photo de baumgartner, je confirme et signe.

        Imaginez une orange, dont la peau serait l’atmosphère et la chair le sol.
        Vous prenez une aiguille :
        1) Si vous piquez au plus prêt de la chair (au ras du sol donc) et horizontalement, il va vous falloir traverser une grosse épaisseur de peau
        2) Si maintenant, vous vous mettez proche de la surface de la peau (en altitude donc) et que vous piquez horizontalement, vous n’allez traverser qu’une petite épaisseur de peau
        3) Si vous restez proche de la surface et piquez en diagonale sans pénétrer la chair, vous traversez une grosse epaisseur
        4) piquez maintenant bien verticalement en vous arrêtant juste avant la chair, vous traversez une épaisseur moyenne

        Et bien avec le rover ou baumgartner, c’est exactement la même chose.

        Pour le rover on est dans le cas 1 : au ras du sol, il y a bcp d’atmosphère à traverser => rouge
        Pour baumgartner, on est dans les cas 2 et 3 : les rayons lumineux qui arrivent horizontalement restent incolore, ceux qui viennent d’en diagonale bas apparaissent bien bleu (c’est pk le haut de l’image est noir et le bas bleu…)

        Sur terre, si vous regardez le jour bien verticalement (cas 4), vous verrez que le ciel est moins bleu que si vous regardez horizontalement (cas 1)
        Sur mars, ça doit être la même chose, si on regarde bien verticalement, on doit voir le ciel légèrement rougeâtre et non bien rouge comme horizontalement.
        Si on fait un traveling vertical, on verra un dégradé du rouge foncé au rouge clair, exactement comme sur terre avec le bleu… Rien de bien impressionnant…

        Et je persiste et signe, on peut tout à fait voir le même phénomène sous l’eau.
        Plongez la tête sous l’eau.
        Regardez votre main, elle n’est pas bleutée (peu d’épaisseur) regardez au loin horizontalement c’est bleu… et pourtant la pression est identique, les atomes ne sont pas plus rapprochés, ça devrait être de la même couleur d’après votre super théorie…

        Donc, vous devriez arrêter de croire les conneries racontées par les sites complotistes, allumer votre cerveau et vous servir un peu de ces sciences dures auxquelles vous dites faire confiance.
        Pour le coup, pas besoin d’un prix nobel de physique.
        Il suffit d’un peu de géométrie (ou d’une orange) et de bon sens…

      • Mon garçon
        Quand on dit à quelqu’un qu’il dit des idioties, on le prend pour un idiot.
        Ensuite, vous serez gentil de réviser vos notions de physique et de géométrie (quand vous en aurez fait autant que moi, vous verrez, les notions en bouillie que vous avez dans la tête se précisent et vous évitent de dire des sottises). Je ne répondrai que sur un point, qui était l’essentiel de mon petit discours. Vous me répétez qu’en regardant à l’horizontale sur Mars, on traverse une grosse épaisseur d’atmosphère. Quelle est l’épaisseur d’une atmosphère dont la pression au sol est 1% de celle sur la Terre ? Et cette grose épaisseur, quelle en est la densité ? Quelle est la densité moléculaire d’une atmosphère aussi ténue que celle de la Terre à 35 km d’altitude ? A l’horizontale, sur Mars, c’est comme à l’horizontale à 35 km d’altitude sur Terre. C’est NOIR, y’a pas assez de molécules pour diffuser, réfracter, réfléchir, donc pour déterminer une couleur.
        Vous ne réfléchissez pas. Je n’ai pas de « super théorie », c’est vous qui avancez des notions totalement farfelues et injustifiées.
        Ne revenez plus, vous m’ennuyez.
        Inscrivez-vous à un cours de physique.

  25. Encore une fois vous oubliez (volontairement je pense…) l’épaisseur…
    Oui, mars a (peu ou prou) la même « densité » d’atmosphère au sol que la terre a 35km d’altitude.
    Sauf que (voire mon exemple de l’orange) quand on est au niveau du sol, on traverse 100 fois (au pif) plus d’épaisseur d’atmosphère qu’à 35km…
    Donc on voit du rouge malgré la faible densité.

    Et croyez bien que je vais revenir tant que vous répondrez à mes arguments logiques et scientifiques par de la condescendance et surtout par des « arguments » totalement foireux

    Donc, à tout bientôt :p
    Biz

    • Non. Vous encombrez les coms et vous me bouffez du temps avec votre malcomprenance. Vous ne reviendrez pas. Bonne épaisseur !

  26. Pingback: J'ai tenté d'établir un dialogue avec des théoriciens de la Terre plate - Fier panda

  27. Pingback: C’est du flan | Huit milliards de morts

Les commentaires sont fermés.